Guérir sa vie

Notre pouvoir de guérison est bien réel.
Comment activer nos ressources intérieures pour guérir.


*
Un livre phare*
Activer son pouvoir de guérison
Découvrir le message du cancer et des autres maladies

*Regard d’un thérapeute*

*Conférences*

**********

Un livre phare

Vous pouvez vous procurer le livre chez Renaud Bray et Archambault.

« Mais qu’avez-vous fait Madame ? », demande le Dr Poisson après avoir constaté que la masse de 4 centimètres sur 3,5 centimètres et les métastases à un ganglion lymphatique s’étaient envolées comme par miracle.

En 1995, Johanne Robitaille Manouvrier perd, des suites d’un cancer, son mari et âme sœur, le Dr Frans Manouvrier. En décembre 2001, sa vie bascule à nouveau : elle est atteinte d’un cancer du sein. Son cas est sérieux et elle décide de débusquer les origines de sa maladie.

Notre pouvoir de guérison nous fait vivre pas à pas sa démarche pour comprendre le message du cancer. Son témoignage bouleversant met en lumière les étapes de son cheminement et propose un modèle de guérison à trois niveaux : physique, émotif et spirituel.

C’est avec la profonde conviction que la force agissante de sa guérison se trouvait en elle-même que l’auteure s’est réapproprié sa santé. Maintenant guérie, elle désire partager ce parcours de vie certes éprouvant mais libérateur.

© Photo de Johanne Robitaille Manouvrier par Robert Etcheverry

Johanne Robitaille Manouvrier œuvre dans le secteur des communications depuis 30 ans. Passionnée de la vie, elle entreprend au début des années 1980, une formation en relations humaines et un cheminement de conscience. Cet éveil spirituel l’a menée à découvrir et activer son pouvoir de guérison.

« J’ai écrit ce livre afin de démystifier le cancer, mais il en va de même pour toute autre maladie. Je désire partager cette profonde conviction acquise : le cancer est un message que l’âme envoie au cerveau de la personne atteinte afin de lui indiquer l’urgence de transformer sa vie. Nous avons tous le pouvoir d’activer nos ressources intérieures pour guérir. La maladie devient alors l’instrument d’une renaissance. »

Un message d’espoir

Ce livre, paru en janvier 2005 chez Libre Expression, s’adresse aux personnes atteintes du cancer, à leurs proches, ainsi qu’à toute personne désirant vivre en santé.

**********

Une guérison jouée avec talent

La guérison est vivante, complexe, holistique. Si nous la traitons de façon usuelle, c’est-à-dire limitée, elle semble se conformer à nos limites. Pourtant, lorsqu’un événement aussi étrange que la disparition soudaine d’un cancer survient dans nos vies, il laisse autour de lui un abîme d’interrogation dans lequel toute théorie médicale s’enfonce. Au-delà de toute limite et, souvent, de toute attente, le corps a retrouvé son équilibre.

Ainsi, un cancer déjà avancé disparaît soudainement. Mystère ! Aucune théorie médicale ne parvient à rendre compte du miracle. Mais pourquoi parler de miracle (au sens absolu du terme) lorsque les « miraculés » peuvent témoigner, comme Johanne Robitaille Manouvrier, d’une démarche et d’un processus de guérison connus et réalisables par tous. Car ces mêmes « miraculés », animés de confiance et de certitude, surent trouver ce qui était essentiel à leur guérison, non seulement en termes de soins médicalisés mais à force de curiosité et de dépouillement, en prenant surtout conscience de situations et d’un vécu se trouvant à la source même de la maladie. Parmi ceux et celles que j’ai connus et qui vécurent une telle démarche, entreprirent une telle enquête, il y eut des transformations et des guérisons spontanées s’expliquant davantage en termes de compréhension de mécanismes psycho-biologiques extrêmement raffinés qu’en termes de miracle.

C’est un fait abondamment observé et reconnu : presque toutes les personnes vivant une guérison spontanée, ressentent un changement radical au niveau de leur conscience peu avant leur guérison. Ils savent dès lors qu’ils vont guérir et ils sentent que la force agissante de cette guérison se trouve en eux-mêmes. Ils peuvent ainsi naviguer à travers tout leur protocole de guérison (médical ou autre) avec une aisance insoupçonnée surprenant du coup tous les intervenants de la santé. L’évidence nous amène à reconnaître, avec la pratique, que les mécanismes à l’œuvre dans toutes les guérisons ne sont ni mystique, ni le résultat du hasard et que nous pouvons les étudier et les reproduire. Il s’agit là d’une relation corps-esprit d’une grande qualité.

Donc, ces « miraculés » sont des as de l’association corps-esprit, des curieux de la connaissance et des chevaliers de l’amour. La transparence de leur conscience les ont menés sur les lieux d’une enquête qui avait besoin d’être solutionnée, et ils l’ont bel et bien solutionnée cette enquête ! La maladie est incontournablement dans nos vies l’expression d’un conflit vécu avec une intensité nous isolant de toute solution, de toute sortie, d’évacuation, et de lâcher-prise. Dans une profonde prise de conscience, égarés dans le mélodrame de notre vie, nous entendons, à un moment ou à un autre, une voix qui nous dit : « Tu es vraiment emporté par cette histoire n’est-ce pas ? « À cet instant, nous rions et nous sommes libres. Tout devient dès lors secourable. « Mon inconscient se révèle puissamment dans un langage symbolique qui me guide vers ma guérison », nous dit l’auteure. Les moyens sont là, elle exprime les siens, mais surtout démontre avec force et un sens aigu de la réalité que des événements et un vécu difficile sont à la source d’un tel déséquilibre. Il est toujours surprenant (et beau) de constater que ceux et celles qui ont guéri, hors de toute attente médicale, se retrouvent avec une capacité neuve et salutaire d’exprimer leurs émotions et de dire « je suis très triste » ou « je suis dévasté par cette situation », « frustré par cette conversation » plutôt que de tenter de blâmer ceci ou cela. Ne nous indiquent-ils pas la meilleure leçon pour prévenir la maladie !

Cette transparence du sentiment est aussi un atout accordant respect à soi autant qu’à l’autre. La vraie compréhension est une sensation. C’est au moment où l’on ressent vraiment que l’on comprend dans quoi nous nous sommes engagés émotivement souvent bien malgré nous. Lorsqu’est libéré ce qui était prisonnier de notre souffrance le corps reprend sa place, le cerveau fait de lui-même la guérison, lance le bon programme de réparation, et redonne à l’ensemble son équilibre naturel. Il n’y a dès lors plus rien à faire. Ça se fait. C’est tout et c’est beaucoup !

Johanne Robitaille Manouvrier, selon ses propres mots, « découvre son pouvoir de guérison ». Elle en fait l’expérience directe à la suite d’une anamnèse l’ayant amené à lâcher prise sur le ressenti et le représenté d’événements très douloureux. Elle ose, avec certitude, se lancer dans cette enquête, prenant conscience intuitivement de la nécessité de renouveler cette histoire dans un acte d’amour envers soi. Toute démarche de guérison mène là, et aucune douleur ne subsiste devant ce sentiment d’être soi-même. Car le rappel de soi anéantit toute souffrance.

Au milieu de son processus de guérison, Johanne dit « je n’ai aucune exigence à rencontrer que celle d’être centrée sur moi-même ». Cette remarque, bien sûr, n’a rien à voir avec un nombrilisme ostentatoire mais une aptitude à se rencontrer, à développer une écoute psycho-corporelle sans laquelle il ne peut y avoir de guérison. Car il s’agit là du processus même de guérison. Les moyens que l’auteure a utilisé pour parvenir à cette écoute sont expliqués clairement dans cet ouvrage, et il y en a beaucoup d’autres. Chacun, chacune, les découvrira au moment opportun. Mais la confiance est la matière première de ceux qui sont appelés à regarder ainsi leurs vies. Sortir du connu, aller avec une capacité enfantine vers ce que l’on ne connaît pas en faisant comme si on les connaissait. Il y a dans cette attitude radicalement différente quelque chose d’éminemment audacieux. C’est la connaissance qui libère et c’est l’amour qui guérit. L’évidence est que si on libère notre espace intérieur des drames du passé, on peut alors aller y habiter dans une joie souveraine. Dans cette joie la maladie n’a plus de raison d’être. Les témoignages des personnes qui ont passé par là sont unanimes: c’est l’imperfection qui permet l’évolution. Tout ce qui se transforme et se développe est vivant, tout ce qui est statique est synonyme de mort. Une guérison est une transformation. Elle libère l’individu de ce qui la retenait dans son cheminement vers plus de complexité, plus d’évolution, plus d’amour. L’occasion de la guérison: la maladie, est cette imperfection nous menant plus loin par son pouvoir d’interrogation et de rédemption. Nelson Mandela, dans un discours prononcé au moment de sa nomination comme président de l’Afrique du Sud disait:

« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite. »

Nous avons à prendre conscience de cette puissance. La maladie en est un appel. Mais pourquoi ne pas nous y mettre dès maintenant !

Avec une grande clarté, l’auteure dit : « Le cancer ne m’apparaît pas comme une maladie à vaincre ou à combattre, mais plutôt comme une réalité à comprendre et à dépasser. » On retrouve dans cette affirmation l’essentiel des approches actuelles en guérison.

Qu’il s’agisse de celle de Dr Ryke Geerd Hamer, ou de la vision du Dr Deepak Chopra, du Dr Gérard Athias et celle du Dr Jean-Charles Crombez, nous sommes en présence d’outils extrêmement performants pour faciliter et supporter tout individu voulant s’approprier son « pouvoir de guérison ». Dans ce petit livre d’une belle relation de soi à soi, Johanne Robitaille Manouvrier donne à tous ceux et celles que la vie a placé drastiquement et souvent douloureusement devant eux-mêmes, la chance unique de se rencontrer autant que de guérir. C’est d’une grande inspiration et d’une grande générosité, car, en plus de guérir, nous nous acheminons dans un tel processus d’enquête, d’écoute, et de lâcher-prise, vers un espace d’amour qui est le fin mot à toute notre activité humaine, parfois si difficile, et maintenant tellement excitante.

Alors, notre vision du cancer se transforme. Et si le mot fait encore trop peur, je ne peux que me joindre à l’auteure et affirmer avec elle que s’il fait peur c’est qu’il tue. Cependant je peux témoigner moi aussi, par ma pratique autant que par mon expérience personnelle, qu’il peut devenir le lieu d’une guérison désirée et orchestrée en se faisant l’instrument d’une renaissance et d’une véritable « marche à l’amour » pour emprunter ici les mots du poète Gaston Miron. L’histoire de Johanne Robitaille Manouvrier est l’histoire d’une guérison jouée avec talent ; elle peut être jouée par quiconque ose le faire.

C’est la connaissance qui libère et l’amour qui guérit !

Jean-Pierre Bégin
Thérapeute
Novembre 2004
(514) 235 1712
jp.begin@mac.com

**********

Conférences

Pour planifier une conférence dans votre région avec Johanne Robitaille Manouvrier sur le sujet de son livre Notre pouvoir de guérison, veuillez communiquer avec Andrée Peltier au (514) 846 0003 ou par courriel à apeltier@ca.inter.net ou à robcom@sympatico.ca.

Calendrier des conférences à venir